Sacbe, l'ancien système routier maya

Sacbe, l'ancien système routier maya

Un sacbe (parfois orthographié zac be et pluralisé en sacbeob ou zac beob) est le mot maya qui désigne les caractéristiques architecturales linéaires reliant les communautés du monde maya. Sacbeob fonctionnait comme des routes, des passerelles, des chaussées, des lignes de propriété et des digues. Le mot sacbe se traduit par "chemin de pierre" ou "chemin blanc", mais sacbeob avait clairement plusieurs significations supplémentaires pour les Mayas, en tant qu'itinéraires mythologiques, chemins de pèlerinage et marqueurs concrets de liens politiques ou symboliques entre les centres-villes. Certains sacbeob sont des routes mythologiques souterraines et certains tracent des voies célestes; des preuves de ces routes sont rapportées dans les mythes et les archives coloniales mayas.

Trouver le sacbeob

Identifier les itinéraires du sacbe sur le sol était extrêmement difficile jusqu'à récemment, lorsque des techniques telles que l'imagerie radar, la télédétection et les SIG sont devenues largement disponibles. Bien entendu, les historiens mayas restent une source d’information importante pour ces routes anciennes.

Ironiquement, la question est complexe, car il existe des documents écrits qui se contredisent. Plusieurs des sacbe ont été identifiés archéologiquement, de nombreux autres sont encore inconnus mais ont été rapportés dans des documents de la période coloniale tels que les livres de Chilam Balam.

Dans mes recherches pour cet article, je n’ai découvert aucune discussion explicite sur l’âge du sacbeob, mais elle reposait au moins sur l’âge des villes qui les reliaient au moins dès la période classique (AD 250-900).

Les fonctions

Les chercheurs Folan et Hutson affirment que les sacbébards sont non seulement des routes facilitant la circulation entre les lieux, mais également des représentations visuelles des liens économiques et politiques entre les centres et leurs satellites, traduisant les concepts de pouvoir et d’inclusion. Les chaussées ont peut-être été utilisées lors de processions mettant en avant cette idée de communauté.

L'une des fonctions décrites dans la littérature scientifique récente est le rôle du système de routes sacbe dans le réseau de marché maya. Le système d’échange des Mayas a permis de garder le contact avec les communautés les plus éloignées (et très étroitement reliées) et a permis à la fois d’échanger des marchandises et d’établir et de maintenir des liens politiques. Coba, Maax Na, Sayil et Xunantunich sont des centres de marché avec des emplacements centraux et des chaussées associées.

Divinités et sacbeob

Les divinités mayas associées aux routes incluent Ix Chel dans plusieurs de ses manifestations. On est Ix Zac Beeliz ou "celle qui marche sur la route blanche". Dans une peinture murale à Tulum, Ix Chel est représentée avec deux petites images du dieu Chaac se promenant le long d’une chaussée mythologique ou réelle. La divinité Chiribias (Ix Chebel Yax ou la Vierge de Guadalupe) et son mari Itzam Na sont parfois associés à des routes, et la légende des Héros Twins comprend un voyage à travers les enfers le long de plusieurs sacbés.

De Cobá à Yaxuna

Le sacbe le plus long connu est celui qui s'étend sur 100 kilomètres (62 miles) entre les centres mayas de Cobá et Yaxuna sur la péninsule du Yucatán au Mexique, appelé la chaussée Yaxuna-Cobá ou Sacbe 1. Le long du parcours est-ouest de Sacbe 1 se trouvent (dzonot), des stèles avec des inscriptions et plusieurs petites communautés mayas. Sa plateforme routière mesure environ 8 mètres (26 pieds) de large et typiquement 50 centimètres (20 pouces) de haut, avec différentes rampes et plates-formes à ses côtés.

Les explorateurs du début du XXe siècle sont tombés sur Sacbe 1 et les archéologues de la Carnegie Institution travaillant à Cobá ont eu vent de la rumeur de la route au début des années 1930. Alfonso Villa Rojas et Robert Redfield ont cartographié toute sa longueur au milieu des années 1930. Des enquêtes récentes menées par Loya Gonzalez et Stanton (2013) suggèrent que l'objectif principal du sacbe était peut-être de relier Cobá aux grands centres commerciaux de Yaxuna et, plus tard, de Chichén Itzá, afin de mieux contrôler le commerce dans toute la péninsule.

Autres exemples de Sacbe

Le sacbe de Tzacauil est une solide chaussée rocheuse qui commence à l'acropole de Tzacauil, datant de la fin du Classique supérieur, et se termine à proximité du grand centre de Yaxuna. D'une largeur variant entre 6 et 10 mètres et d'une hauteur comprise entre 30 et 80 centimètres, la plate-forme de ce sacbe comprend des pierres de parement grossièrement taillées.

De Cobá à Ixil, 20 km de long, il est suivi et décrit dans les années 1970 par Jacinto May Hau, Nicolas Caamal Canche, Teoberto May Chimal, Lynda Florey Folan et William J. Folan. Ce sacbe de 6 mètres de large traverse une zone marécageuse et comprend de nombreuses petites et grandes rampes. Près de Coba, il y avait une plate-forme assez grande à côté d'un bâtiment voûté, que les guides maya appelaient un poste de douane ou une gare. Cette route peut avoir défini les limites de la zone urbaine et de la région de pouvoir de Coba.

D'Ich Caan Ziho à Akz, en passant par Aké, se trouve un sacbe d'environ 60 km de long, dont seule une partie est en évidence. Décrit par Ruben Maldonado Cardenas dans les années 1990, un réseau de routes encore utilisé conduit de Ake à Itzmal.

Sources

Bolles D et Folan WJ. 2001. Analyse des routes répertoriées dans les dictionnaires coloniaux et de leur pertinence pour les entités linéaires préhispaniques de la péninsule du Yucatan.Ancienne mésoamérique 12(02):299-314.

Folan WJ, Hernandez AA, Kintz ER, Fletcher LA, Heredia RG, Hau JM et Canche N. 2009. Coba, Quintana Roo, Mexique: une analyse récente de l'organisation sociale, économique et politique d'un grand centre urbain maya.Ancienne mésoamérique 20(1):59-70.

Hutson SR, Magnoni A et Stanton TW. 2012. «Tout ce qui est solide…»: Sacbes, peuplement et sémiotique à Tzacauil, Yucatan.Ancienne mésoamérique 23(02):297-311.

Loya González T et Stanton TW. 2013. Impacts de la politique sur la culture matérielle: évaluation du sacbe Yaxuna-Coba.Ancienne mésoamérique 24(1):25-42.

Shaw LC. 2012. Le marché insaisissable de Maya: un examen archéologique des preuves.Journal de recherche archéologique 20:117-155.